Acquérir sa propre maison, est-ce le meilleur type d'épargne-pension?

0
Réagir
Acquérir sa propre maison, est-ce le meilleur type d'épargne-pension?

Investir dans son propre logement est souvent considéré comme le meilleur type d'épargne-pension. A part le fait que vous économisez au niveau de vos dépenses de location, il vous donne des perspectives d'une plus-value. En effet, les dernières années, les prix des maisons ont augmenté systématiquement. Mais est-ce également le cas pour votre logement? Quel est votre rendement sur investissement?

La plus-value ou moins-value

Si tant de gens le font, cela doit bien être le cas. Pas moins de 72% des Belges habitent dans leur propriété. Certains d'entre eux l'ont déjà remboursée. D'autres ont encore toujours un crédit en cours, mais dès qu'il sera remboursé, ils ne devront plus payer de charges mensuelles.

Dès lors, l'acquisition de son propre logement est considérée comme un bon investissement. Mais est-le cas? Quel rendement obtenez-vous? Faites le calcul vous-même.

Afin de calculer le rendement de votre investissement dans votre propre logement, vous devez d'abord estimer sa valeur actuelle. Surfez à cet effet vers les annonces immobilières et cherchez des biens/terrains similaires à proximité. Réduisez ensuite le prix d'environ 10 pourcent, pour passer du prix demandé à la valeur (vénale) effective; le prix que vous obtiendriez réellement au cas où vous devriez le vendre.

Retirez, de la valeur actuelle, le prix que vous avez payé vous-même. Il s'agit soit du prix d'achat, soit du prix du terrain à bâtir plus les frais de construction. Dans ce contexte, vous devez également tenir compte des frais supplémentaires (les frais de notaire et les droits d'enregistrement, par exemple). Ainsi, vous obtiendrez la plus-value ou moins-value.

Tenez compte des revenus et des frais

Mais ce n'est pas tout. En ce qui concerne la plus-value, vous devez y ajouter les revenus dont vous avez bénéficié les dernières années. Si vous avez loué votre logement, il s'agit des loyers que vous avez perçus. Si vous habitez vous-même dans votre logement, il s'agit des économies que vous avez réalisées parce que vous ne deviez pas payer de loyer.

En ce qui concerne la moins-value, il y a les impôts et les frais d'entretien ou de réparation que vous avez payés. Il faut y ajouter les frais de financement. Si vous avez emprunté, vous devez y ajouter les intérêts (ou en partie, du moins). Ceux qui avaient contracté un crédit hypothécaire, ont probablement bénéficié de l'avantage fiscal lié à une réduction d'impôt, ce qui a réduit le coût réel de votre crédit. Si vous n'avez pas emprunté, vous devez y ajouter des intérêts fictifs (moins élevés). Bien que vous n'ayez pas dû payer d'intérêts à la banque, en investissant dans un logement, vous n'avez pas pu placer cet argent entretemps et vous n'avez donc pas touché d'intérêts, par exemple sur des comptes d'épargne ou à terme. Finalement, vous devez aussi tenir compte des impôts que vous devez payer en tant que propriétaire.

Tenez compte de l'inflation

Si vous voulez faire tout ce calcul correctement, vous devez également tenir compte de l'inflation. Vous devriez donc tout convertir à l'aide des indices en euros d'aujourd'hui. Ce que vous pouviez acheter avec 150.000 euros en 1996, coûte déjà 220.000 euros aujourd'hui. C'est ce que l'on appelle 'actualiser'. Au plus la perspective temporelle est longue, au plus les conséquences seront lourdes.

Cherchez le crédit logement le plus avantageux

Etes-vous convaincu(e) qu'il faut investir dans son propre logement? Dans ce cas, vous pouvez chercher le crédit logement le plus avantageux et l'assurance solde restant dû la plus avantageuse à l'aide du module de comparaison sur Guide-epargne.be.

Lisez également:

- Hello bank! lance un crédit logement au taux de 1,40%
- Combien les Belges empruntent-ils pour leur logement?
- Est-il intéressant de rembourser par anticipation une partie de votre crédit?

Trouvez-vous cet article intéressant? Attribuez-lui un score
(3 votes, moyenne 4.67 sur 5)


Catégorie : Crelan nouvelles emprunts